JEANJEAN ANNE-MARIE

anne-marie.jeanjean [at] wanadoo.fr
34150 La Boissière
Activité(s)
Traducteur
Ecrivain
Genre(s)
Poésie, théâtre
Littérature
Animations(s)
Rencontres
Lecture
Langue(s)
Chinois
Biographie :
En recherche permanente, elle explore depuis plus de vingt ans la matérialité de l'écriture avec les techniques traditionnelles (encres, collages,…) et le geste vivant du tracé, sous différentes formes, pour tenter d'atteindre chaque fois l'expressivité insoupçonnée du texte.
Les séries d'écriture visuelle ainsi réalisées ont fait l'objet d'expositions en France et à l'étranger (tout dernièrement à Montpellier dans le cadre du Printemps des Poètes sur l'invitation de la Maison de la Poésie et de la DAC Montpellier). Sa collection TardigradéditionS lui permet d'approfondir la problématique écriture/visualité en solo ou en compagnie d'autres artistes invités.
Poète et nouvelliste, elle pratique l'écriture tout particulièrement sur des zones de fractures ou de croisement avec les autres arts.
Dès 1972 elle a commencé à publier dans de nombreuses revues, a édité et co-dirigé la revue de création "Textuerre". Elle continue à publier dans des revues, dont "Xing-Xing" (Chine) "Off". "Speciale" (Italie),… Bousculant toute frontière de genre établi, elle s'est confrontée à l'expérience théâtrale en 1981-82 avec Georges BAAL & l'ATRAAL Théâtre (Montpellier, Paris,…) plus tard avec Arlette FETAT (programmé par la Maison de la Poésie Languedoc au Théâtre Jean Vilar à Montpellier). Dernièrement, un montage de ses textes avec la Cie "Le P'tit Atelier 3", Juliette Mouchonnat - Héloïse Alibi, dans le cadre du Printemps des Poètes avec la DAC Montpellier a été proposé par la Maison de la Poésie.
Elle pratique également le montage sonore : plusieurs pièces en audition publique par Ecrits/studio-GMVL à Lyon et parfois collabore avec des musiciens : Julien Tarride, Vincent Ferrand,… Ces dernières années, plusieurs ouvrages concernant la Chine co-signés avec le calligraphe Shanshan Sun prolongent son parcours.
Actuellement, elle travaille plusieurs textes en cours ainsi que des projets avec d'autres poètes.
Bibliographie non exhaustive :
Sans brise-lames, éd. L'harmattan, 2019 (poésie). Le stage d'athlétisme poétique, éd. L'harmattan, 2018 (poésie). Anthologie de poésie chinoise. Modernité 1917-1939 & 1987-2014, éd. L'Harmattan, 2018 (poésie). Muse toi-même ! Anthologie arbitraire de poésie féminine au XXIe siècle, collectif, éd. Le bateau ivre, 2015 (anthologie de poésie). Ainsi chantait Miss Drac'Ula, éd. édilivre, 2015 (poésie). La supplique au centaure, éd. édilivre, 2013 (poésie). Stèles pour un signe, éd. L’Harmattan, 2012 (poésie). Catalogue irraisonné des masques en tout genre, collectif, éd. Plaine Page, 2010 (catalogue). Anthologie de Poésie francophone, collectif, éd. Aljon, Italie, 2009 (anthologie de poésie). Bruits, éd. Offerta Speciale, Italie, 2009 (poésie). Mai 68, échos du Languedoc, collectif, éd. Cap Béar, 2008 (nouvelles). Le cheval de Mingdao, coauteur Shanshan Sun, éd. Domens, 2008 (poésie). Les antipodes, poésie visuelle, éd. Tardigradéditions, 2007 (poésie). La nuit de la…, in "Nouvelles de la révolte", éd. Cap Béar, 2007 (collectif, nouvelles). L'os et l'esclave, coauteur Shanshan Sun, éd. L'Harmattan, 2004 (poésie). L'encre phœnix, coauteur Shanshan Sun, éd. L'Harmattan, 2003 (poésie). La veine basilique, éd. L'Harmattan, 2001 (poésie). En ce temps-là, sculpture Attila, éd. Tardigradéditions, 2000 (poésie). La voix du vent, éd. Nacsel, 1999 (nouvelles). Ainsi chantait Miss Drac'Ula, éd. Electre, 1998 (poésie). Moisson de ténèbres, éd. La Main Courante, 1995 (poésie). Dérive, éd. Arcana, 1995 (poésie). M.T., éd. Atelier d'Art L.P. Rougier, 1993 (poésie). La cantate barbare, éd. Collodion, 1992 (prose). Lettre à la folle, éd. Jacques Brémond, 1991 (nouvelles). Pour novembre, éd. Jacques Brémond, 1985 (nouvelles).
En tant que traductrice : Poèmes de prison, de Yiwu Liao, co-traduit du chinois avec Shanshan Sun, éd. L'Harmattan, 2008 (poésie).
Extrait :
Fragment extrait de "TOI, ELLE, la seule" (hommage à Anna Akhmatova)
(…) même en changeant de langue
en gète en russe ou en chinois nous écrivons
la même misère
de l'humain non réalisé
(…)… à force d'entendre
les verbiages sucrés et menteurs
de l'écran de verre
certains s'en vont déjà réciter
réciter pour les pierres
réciter pour le vent
réciter pour les voix
mortes
réciter pour les voix
vivantes
qui s'envoleront
loin de l'indifférence
...
Comment
se
forme
un
poète ?
On ne sait jamais trop
comment se constitue
cet "inutile bourgeon"
doté simplement d'une incoercible écriture
(et… quel plus fragile esquif que la trace de l'encre)
avant de sombrer
dans l'épaisseur
tout silence
du néant