Joël Alessandra, lauréat du Prix BD d'archéologie 2021

Décerné lors des Rencontres d'archéologie de la Narbonnaise 2021

Publié le 10/11/2021
Narbonne

L'auteur et dessinateur Joël Alessandra a reçu le prix BD d'archéologie des Rencontres d'archéologie de la Narbonnaise pour son ouvrage Les Voyages d'Ibn Battûta (scénario de Lotfi Akalay, dessin de Joël Alessandra, éd. Dupuis/Aire libre, 2020). 

Joël Alessandra est né à Marseille en 1967. Il est diplômé de l'école Boulle en architecture d'intérieur. C'est en Italie qu'il publie ses premières histoires dans la célèbre revue Il Grifo. Grand voyageur, il se rend régulièrement à l'étranger, notamment en Afrique, pour des interventions en Instituts français et Alliances françaises. Il vit aujourd'hui dans le Gard. En 2021, l'auteur reçoit une bourse de création d'Occitanie livre & lecture pour son projet de bande dessinée Taï Dam.

"En 1354 quand Ibn Battûta revient à Fez au Maroc, il rentre d'un périple qui aura duré 29 ans. Un pèlerinage à La Mecque en 1325 a ainsi conduit l'aventurier aux quatre coins du monde, en Afrique, en Espagne, en Inde, des Maldives, jusqu'en Chine. Trop peu connu en France, ce Marco Polo musulman est un des plus grands voyageurs de l'histoire. Né à Tanger, il est même à l'origine de la consécration du récit de voyage en genre littéraire dans le monde musulman au XIVe siècle quand il publie sa "rihla" un mot qui à l'origine signifie "voyage", à l'origine de cette adaptation.
En 1998, le journaliste et écrivain marocain Lotfi Akalay avait déjà consacré un livre à l'explorateur, qu'il considère comme "le premier touriste du monde". Il y décortiquait les controverses autour du texte, en révélant les modalités de circulation dans le monde musulman de l'époque. La bande dessinée a ouvert de nouvelles portes à ses ambitions. La mise en abyme du récit original par le dessinateur du point de vue d'Ibn Battûta crée l'illusion d'un carnet de voyage, étape par étape, alternant croquis et planches à l'aquarelle. Un périple tout en lumière qui mêle le réalisme historique et l'onirisme du conte." (argumentaire consultable sur >> dupuis.com)