Des auteurs d'Occitanie en sélection aux Eisner Awards

Félicitations aux auteurs d'Occitanie en lice pour cette édition 2020.

Publié le 10/06/2020
San Diego, Californie
Voir le plan

Les Eisner Awards comptent parmi les récompenses les plus prestigieuses du monde de la bande dessinée. Créées en 1988, elles tirent leur nom de l'incontournable auteur américain Will Eisner et sont remises lors du Comic-Con international de San Diego (Californie). Annulé en raison de la pandémie du Covid-19, le Comic-Con international de San Diego a maintenu ses Prix. Plusieurs auteurs de l'Occitanie figurent dans la sélection 2020, qui met en avant une quinzaine d'auteurs français et francophones.

Catégorie Best U.S. Edition of International Material

Lewis Trondheim (scénario) et Stéphane Oiry (dessin) pour Maggy Garrisson, 2016 (éd. Dupuis)
Traduit du français par Emma Wilson (SelfMadeHero)

"Même dans l'agence miteuse d'un détective alcoolique, un boulot, ça reste un boulot. Et depuis le temps qu'elle en cherche un, Maggy Garrisson veut bien faire quelques concessions. Mais le jour où un malfrat minable commence à la suivre dans la rue alors que son patron vient de se faire passer à tabac, elle flaire le coup fourré."
Les trois tomes de la série sont à découvrir sur > le site des éditions Dupuis.

Lewis Trondheim est né en 1964. Après une jeunesse sans histoires à Fontainebleau, et un bac philo, il suit des cours de graphisme publicitaire. En 1987, lors d'un colloque sur la bande dessinée, il fait la rencontre de Jean-Christophe Menu et découvre une nouvelle manière de faire de la bande dessinée. Un an plus tard, Lewis dessine seul 12 numéros de son fanzine, ACCI H3319, puis rejoint la revue Labo.
En 1990, il co-fonde la structure d'édition de bandes dessinées l'Association avec ses camarades Menu, Stanislas, Mattt Konture, Killoffer et David B. Il travaille ensuite à l'atelier Nawak. En 1994, il devient papa, signe chez Dargaud la série Lapinot et
s'installe immédiatement dans le Sud de la France. Tranquille dans son coin, il produit une quantité impressionnante de livres, d'illustrations et un second enfant !


Catégorie Best U.S. Edition of International Material

Hubert Chevillard (dessin, couleur) et Lewis Trondheim (scénario) pour Je vais rester, 2018 (éd. Rue de Sèvres)
Titre anglais : Stay, traduit du français par Mike Kennedy (Magnetic Press)

"On se construit avec tout ce qu'on rencontre ... Et je vous ai construit un peu ?
C’est l’été, Fabienne et Roland arrivent à Palavas pour une semaine de vacances. Il a tout organisé, réservé, payé et noté dans un carnet les moments importants du séjour. Un accident tragique survient alors qu’ils n’ont pas encore déposé leurs bagages à l’appartement...  et elle se retrouve seule. Contre toute attente, elle décide de rester sur place et faire ce qui était prévu. Son hébétude et son déni laisseront-t-ils de la place à l’imprévu ?"  (argumentaire disponible sur > le site Rue de Sèvres)

Hubert Chevillard habite à Montpellier depuis 25 ans. Depuis 1993, il a publié quatre albums de bande dessinée chez Glénat et une dizaine de récits courts dans la presse, notamment chez Fluide Glacial, Spirou, sur un scénario de Corcal.
Il partage son temps entre la bande dessinée et une carrière dans l'industrie (dessin animé TV et cinéma, jeux vidéos - Rayman 2, Beyond Good and Evil, King Kong, Assassin's Creed Syndicate - et l'enseignement du dessin animé - Emca, La Fabrique...).
 


Catégories Best U.S. Edition of International Material et Best Painter/Digital Artist

Alexandre Clérisse (dessin) et Thierry Smolderen (scénario) pour L'Été Diabolik, 2016 (éd. Dargaud)
Titre anglais : Diabolical Summer, traduit du français par Edward Gauvin (IDW)

"Le nouveau one shot du talentueux duo Clérisse-Smolderen !
Un agent secret sorti de nulle part, un accident dramatique, une fille troublante et la disparition de son père, le tout en deux jours... Pour Antoine, 15 ans, l'été 1967 sera celui de toutes les découvertes. Après Souvenirs de l'empire de l'Atome, les auteurs proposent un nouveau cocktail détonant et jouissif : un scénario particulièrement haletant, entre espionnage et littérature, passé au mixeur graphique de Clérisse qui, cette fois, mélange les références des fumetti à David Hockney.
Espionnage, policier, années 1960, relations père-fils... Un cocktail détonnant !" (argumentaire disponible sur  > le site des éditions Dargaud)

L'ouvrage a été récompensé par plusieurs prix : Prix BD Fnac 2017, Prix Ouest-France Quai des Bulles à Saint-Malo 2016, Nomination Prix Polar SNCF 2017, Nomination Prix le Point 2016, Prix du Meilleur dessinateur pour Alexandre Clérisse au festival de Lucca 2016.


Catégorie Best Digital Comic

Ingrid Chabbert (scénario) et Léa Mazé (dessin, couleur) pour Elma, une vie d'ours, tome 1 (éd.Dargaud)
Titre anglais : Elma, A Bear’s Life, vol. 1: The Great Journey, traduit du français par Jenny Aufiery (Europe Comics)

"Elma est une gamine joyeuse et insouciante élevée par un ours qu'elle considère comme son papa. Mais l'ours cache un secret : Elma est en fait la fille de Frigga, la mage du royaume. La légende raconte que seule la fille de Frigga pourra sauver le monde des eaux. Pour cela, sa mère doit la confier à la forêt et l'enfant devra y survivre 7 années. Si elle y parvient, leur monde sera sauvé et Elma pourra rejoindre sa mère et les siens de l'autre côté de la montagne... Comment l'annoncer à Elma qui aura bientôt 7 ans ? Comment se résigner à quitter cette gamine espiègle que l'ours considère comme sa fille ? Une magnifique histoire principalement destinée à des lecteurs et lectrices de 7 à 10 ans." (argumentaire disponible sur > le site des éditions Dargaud).

Ingrid Chabbert est née en 1978 dans la verdoyante Aveyron. À présent, elle vit à Carcassonne.
Elle écrit depuis sa plus tendre enfance, partout et sur n'importe quoi. Mais il lui aura fallu dépasser la trentaine pour oser faire lire ses écrits !Son tout premier album jeunesse est paru en 2010. Depuis, de nombreux autres sont sortis ou vont voir le jour !

32.825024934464, -117.10897845