Fischer recadré

Auteurs accueillis en résidence en Occitanie

À la fois lieu de sociabilité et de mise en réseau, la résidence est par ailleurs une initiative qui favorise la circulation des auteurs et des idées, participe à l’activité d’un territoire et l’enrichit. L’agence intensifie son programme de « résidences d’auteurs » en 2020. Les structures accueillantes co-élaborent avec l’auteur un projet artistique et culturel en relation avec son travail de création, de concert avec Occitanie Livre & Lecture qui attribue une rémunération à l’auteur.

Publié le 12/03/2020

Des projets structurés et mutualisés sont menés, de nouveaux partenariats voient le jour. Les auteurs accueillis, au-delà de leurs projets personnels de création, se mobilisent via des actions de médiation et contribuent à des échanges culturels de qualité, particulièrement en milieu rural.

Trois auteurs bénéficient de cet accompagnement en ce début d'année 2020 ; le programme de résidences se poursuit et sera publié tout au long de l'année.

Lucile Bordes, en résidence à la Maison De Pure Fiction

Crédit : DR

Née en 1971 dans le Var, installée à la Seyne-sur-Mer, Lucile Bordes est romancière et enseignante-chercheuse en linguistique à l'université de Toulon.  
Elle a publié trois romans aux éditions Liana Levi, Je suis la marquise de Carabas (Prix Thyde Monnier de la SGDL, Prix des lecteurs de la ville de Clichy), Décorama (Prix du deuxième roman de Laval) et 86, année blanche, édité en 2016 et finaliste du Prix Orange du Livre.
Il raconte les suites de l’explosion nucléaire de Tchernobyl, à travers le regard de trois personnages féminins entre la France, la Russie et l’Ukraine.
Elle aime interroger le rapport au(x) lieu(x). Tous ses livres ont été repérés par la critique.

Projet

Ecriture de son 4ème roman, à paraître aux éditions Liana Levi

Date

Du 1er au 31 mars 2020

Núria Perpinyà, en résidence au Belvédère du Rayon-Vert

Crédit : DR

Núria Perpinyà est professeure à l'Université de Lleida (Espagne), après l’obtention d’un doctorat en philologie catalane. En 1997 elle publie un essai sur la poésie occidentale des années 60, suivi un an plus tard de son 1er roman Une bonne erreur. Elle est aujourd’hui une romancière et essayiste très repérée. Ses essais critiques ont été récompensés par plusieurs prix. Elle écrit également du théâtre, de la poésie. Sa rigueur formelle et son expérimentalisme renouvellent le genre dans le panorama de la littérature catalane contemporaine.

Projet : Résidence translittéraire

Núria Perpinyà a été choisie par Karla Suárez, première autrice accueillie et soutenue par l’agence Occitanie Livre & Lecture.
Il s’agit de l’écriture d’une œuvre plurielle initiée en 2019 qui fait écho aux transbordeuses qui faisaient passer des oranges venues d’Espagne d’un train à l’autre.
La lutte des transbordeuses à Cerbère en 1906 contre leur exploitation est la 1ère lutte syndicale exclusivement féminine. Par ailleurs, dans cette ville frontière, la question des migrants jalonne l’histoire, d’hier à aujourd’hui.
Le principe est le suivant : une romancière s’installe au Belvédère pour écrire son texte. Elle choisit celle qui la succède à la seule condition, qu’elle ne soit pas de la même nationalité, laquelle à son tour choisira la suivante… Chacune signe donc un texte. Ces « chapitres » pourront être des nouvelles achevées ou des débuts de romans (à la façon de Si par une nuit d'hiver, un voyageur d'Italo Calvino) dont la rédaction se poursuivra ensuite sous d'autres latitudes.
Après un certain nombre de résidences (6 au total normalement), les textes seront réunis dans une édition commune en langue française et ainsi de suite, l'ambition étant donc de constituer une œuvre singulière et plurielle, féminine et multiculturelle, sans cesse en travail et par principe inachevée et infinie. Les éditons Anne-Marie Métailié ont accueilli favorablement ce projet et l’accompagneront.

La résidence permet à des autrices francophones méditerranéennes de venir séjourner à l’Hôtel du Belvédère et de co-écrire sur une thématique commune. Le lieu devient un espace partagé autour de processus d’écriture collectif et multiculturel.  
Le roman que Núria Perpinyà se propose d’écrire à Cerbère est une histoire de science-
fiction sur le changement climatique.  

Date

Du 1er au 31 mars 2020

Animations prévues

Des lectures des différentes nouvelles (ou débuts de romans) jalonnent les rencontres cinématographiques ou d'autres manifestations littéraires.
Une rencontre associant étudiants et journalistes, et ouverte au public, sera organisée au cours du séjour de Núria Perpinyà dans le cadre de l'institut Franco-catalan transfrontalier de l'université de Perpignan et avec le partenariat de la Casa de la Generalitat. À la fin de son séjour, Núria Perpinyà sera conviée à une rencontre à la librairie Torcatis de Perpignan.

Partenaires

Université de Perpignan, Librairie Torcatis, Editions Métailié, la Casa de la Generalitat.

Michel Jullien, en résidence à a Maison des Écritures Lombez Occitanie

Crédit : DR

Michel Jullien est né en 1962, non loin de Paris. Après des études littéraires, il enseigne à l’Université Fédérale du Para, au Brésil (Belem). De retour en France, il fait ses premières armes dans l’édition, chez Hazan, puis chez Larousse avant d’animer une maison d’édition spécialisée dans les arts décoratifs. En marge des livres, en marge de l’édition, il s’adonne à sa plus grande passion : la montagne. Après avoir gravi une centaine de sommets dans le massif du Mont-Blanc, les Écrins et les Pyrénées, il cesse l’escalade à quarante-cinq ans et se consacre à l’écriture.  
Il a publié une dizaine de livres dont 7 romans aux Editions Verdier, un est à paraître en janvier 2020. Il a obtenu plusieurs prix (Prix Franz-Hessel en 2018 pour Denise au Ventoux).

Projet

Il souhaite être accueilli en résidence pour s’isoler et affiner divers textes en cours d’écriture.  

Dates

4 semaines en mars-avril, puis 4 semaines en octobre 2020.

Animations

La maison des écritures Lombez Occitanie est un exemple de lieu de résidences hybrides, capable d’articuler expériences de création et de médiation.   
Elle offre au créateur une période de calme et de retrait où prime le respect de ses recherches, de ses doutes et de son labeur. Un programme concerté de rencontres avec le public lui permet néanmoins de faire connaître son travail et d'éprouver son partage avec des lecteurs.
Michel Jullien proposera des rencontres littéraires en divers lieux du territoire.